Entrevue

Nouvelle identité de Techaide ! (Entretien avec MingXi Gu)

Qui est MingXi Gu ?

MingXi Gu est étudiant de deuxième année au Baccalauréat International en Sciences Pures et Appliquées.

Cet été, il a formé un groupe de bénévoles qui ont offert de mettre leurs connaissances et leur créativité au profit de Techaide en créant une toute nouvelle identité visuelle pour la création de notre site web.

Curieux de savoir ce que cette expérience au sein de Techaide signifie pour eux, nous avons parlé à MingXi de son opinion sur l’écosystème des technologies à Montréal, sa vision pour l’Internet du futur, ainsi que ce que cette expérience de bénévolat-mentorat lui a appris.

Si vous aussi nourrissez une passion pour les technologies et désirez avoir un impact sur votre communauté, vous pourriez rejoindre notre réseau en tant que bénévole! 

Interview avec MingXi Gu

Pourquoi vouloir contribuer à la mission de Techaide?

Je dois dire que pour le site web, c’est surtout Philip-Olivier Jean, Jean Mourad, Alexis Boudrias et Nicolas Dostie et c’est vraiment grâce à eux que tout cela a pu voir le jour !

J’ai donc été présenté à Techaide par Shibl Mourad, qui fait partie de Techaide depuis un certain temps et il avait une idée pour le Techaide Café. Jean et moi avons eu le plaisir de l’aider à organiser quelques cours de Python pour d’autres étudiants de mon âge.

J’ai déjà organisé un hackathon, alors ce cours sur Python est arrivé juste au bon moment. Techaide, du moins pour mon entourage, est un lieu de rassemblement d’une communauté importante qui inspire le changement, l’innovation et la créativité.

Et Techaide adopte une position très consciente socialement.

C’est inspirant d’utiliser ces innovations, et la richesse qui en découle pour bénéficier à d’autres sphères qui ne prospère pas autant que la technologie. C’était logique d’aider à la distribution des connaissances et des ressources. Ce n’est pas comme si j’avais une raison valable de dire non à cela ! 

J’ai toujours été intéressé par la conception graphique, alors je me suis lancé et j’ai dit « Et si on créait une nouvelle identité visuelle pour Techaide ? ».

J’ai rencontré Laurent Maisonnave et Alan MacIntosh et ils étaient très intéressés, alors nous avons fait en sorte que cette relation fonctionne et j’ai fait appel à des amis extraordinaires pour faire partie de ce projet.

Pour une organisation à but non lucratif, il est bon d’avoir beaucoup de gens qui s’engagent dans ses activités et c’est tout simplement plus amusant comme ça. C’est une excellente occasion pour nous de rencontrer des gens sympas et de faire du bénévolat en dehors du contexte scolaire.

Ce lien entre la communauté technologique et les bénéfices sociaux qu’elle peut apporter, c’est une fin en soi. Il est difficile de trouver des opportunités aussi uniques que celle-ci. 

A l’école, on nous encourage souvent à faire du volontariat, mais c’est toujours la même chose : tutorat, banques alimentaires…

Mais Techaide est très flexible et vous pouvez contribuer de la manière qui correspond à vos intérêts.

On ne peut pas dire que la conception web soit une activité de bénévolat stéréotypée, mais avec cette relation avec Techaide, cela devient un excellent moyen de contribuer.

Techaide volunteer team

De gauche à droite: Jean Mourad, Alexis Boudrias, Philip-Olivier Jean, Ming Xi Gu

Et comment comparerais-tu ton implication avec Techaide aux travaux de groupes en milieu scolaire ? 

Eh bien, à mon avis, les projets scolaires sont plutôt restreints dans leur créativité.

Dans le monde extérieur, ou dans certains projets extrascolaires, vous devez chercher et comprendre le public vous-même.

Les activités extrascolaires et les projets extérieurs permettent également d’établir des relations mentor-mentoré.

Cela vous pousse à apprendre vous-même tout en recevant des connaissances et des idées pratiques.

Le mentorat est incroyablement utile et gratifiant. Le mentor peut vous guider et vous pousser à apprendre de l’intérieur.

Cette différence dans la dynamique inhérente est ce que j’ai trouvé de plus différent et de plus enrichissant à l’école.

Quel avenir voyez-vous pour le monde de la technologie  ?

J’ai eu beaucoup d’idées à ce sujet récemment… L’un des futurs que j’imagine est de penser à Internet comme à une ville, car après tout c’est une ville.

Il y a des institutions, des règles, des écoles, du commerce, des loisirs, des comportements collectifs, de l’art, des cultures, des crimes et à peu près tout ce que vous pouvez imaginer.

Si vous considérez les représentations 2D du code comme des bâtiments 3D, comme les mondes simulés des jeux vidéo, alors Internet est l’une des plus grandes villes du monde.

C’est exponentiellement plus grand que New York, et c’est un endroit vraiment génial. Si nous le considérons comme une ville en 3D, alors Internet est un endroit où nous pouvons faire tellement de choses que nous ne pouvons pas faire dans le monde réel, et il y a beaucoup de possibilités fascinantes.

Se promener avec un membre de la famille à l’étranger, explorer un nouvel univers avec des amis.

Et cela fait partie des nombreuses autres façons d’envisager l’avenir de la connectivité.

Avec l’avènement de la réalité virtuelle et mixte, de l’amélioration de l’informatique et de l’infographie (Unreal Engine 5 est fascinant), de la modélisation 3D, des réseaux ultrarapides, de l’apprentissage profond et de la blockchain, il est très intéressant d’apprendre à changer la façon dont nous percevons et interagissons avec le web, et fondamentalement avec la réalité à ce stade, et d’explorer ce qui fait vraiment de nous des êtres humains.

Et cette dernière partie est absolument un euphémisme.

Comme vous pouvez le constater, je suis très enthousiaste quant à l’avenir.

Quels sont certains challenges que vous avez rencontrés? Quelles ressources avez-vous trouvé utiles pour traverser ces challenges ?

Nous avons eu d’excellentes premières séries d’idées, puis nous avons reçu des commentaires constructifs de la part de nos mentors… Mais ensuite, nous n’étions pas sûrs de ce à quoi ressemblerait la bonne version avec les commentaires.

Nous avons essayé différentes itérations pour voir ce qui fonctionnait vraiment… Je pense que nous avons surmonté ce défi en arrêtant d’y penser trop fort !

Nous avons commencé à nous concentrer sur ce que nous avions sous les yeux.

Nous nous sommes dit « prenons un peu de recul, nous n’avons pas à réinventer la roue ».

C’est aussi un exercice pour identifier et réduire la friction de la communication entre nous et faire tomber les barrières de communication, sans trop réfléchir à ce qui est une bonne ou une mauvaise idée.

Lorsque vous n’inventez pas des choses radicalement nouvelles, la plupart d’entre elles ou une version de celles-ci existent déjà.

Nous nous sommes donc dit « lâchons-nous, voyons ce qui a marché et ce qui n’a pas marché, et créons quelque chose qui a fait ses preuves, ajoutons-y notre propre touche pour Techaide ».

Nous avons certainement appris beaucoup des autres qui l’ont fait et qui l’ont fait le mieux. 

Quelle est la meilleure leçon que vous avez tirée de votre implication avec Techaide?

Cette magie coopérative du travail d’équipe est bien réelle.

Ce projet comportait de multiples facettes,  il y avait : 

  • l’image de marque,
  • la communication,
  • le site web,
  • la rédaction du site web
  • et de nombreux autres éléments.

Trouver la bonne équipe et les personnes avec lesquelles vous travaillez est de loin l’aspect le plus important, peut-être même plus important que le projet lui-même.

Avec la bonne équipe dès le départ, vous avez l’impression que tout peut arriver.

Et même en dehors de Techaide, j’ai réalisé que beaucoup de projets se dégradent parce que l’équipe n’est pas la bonne et que ça ne marche pas.

Et il ne s’agit pas seulement de trouver les meilleures personnes dans ce qu’elles font. Même pour les petits projets, l’adéquation culturelle est tout aussi importante, car si vous faites confiance aux personnes et si vous avez foi dans le processus, vous éliminez beaucoup d’insécurités concernant le projet.

De nombreuses décisions concernant le choix des personnes sont intuitives, et sont prises grâce à des détails subtils tirés de nos expériences personnelles.

Les bonnes personnes vous poussent plus loin que vous ne pouvez le faire vous-même et vous aident à voir vos points faibles. Parfois, cela vient en cultivant la bonne intuition !

Après avoir travaillé avec Techaide, j’essaie d’appliquer cela dans chaque projet que je fais, et jusqu’à présent cela a plutôt bien fonctionné. 

Quel impact pensez-vous que Techaide a sur la communauté technologique à Montréal et au-delà ?

Je pense que Techaide montre l’exemple et fait prendre conscience que l’on ne peut pas se concentrer uniquement sur la technologie, les produits, les revenus… Il faut investir dans la communauté locale, quelle qu’elle soit, par le biais de fonds, de ressources ou de partage de connaissances.

La communauté technologique de l’avenir est façonnée par ces initiatives qui plantent des graines dans les gens, comme Techaide l’a fait pour moi.

De mon point de vue d’étudiant, lorsque vous plantez ces graines très tôt et investissez juste un peu, ne serait-ce qu’en faisant confiance à des jeunes pour redessiner un site web et en leur donnant les ressources pour le faire, cela façonne leur sens de l’autonomie à un stade précoce.

Non seulement cela les aide à développer un intérêt pour la technologie et la communauté technologique, mais cela encourage également cette culture du don et de redonner au suivant. Et c’est le cœur de Techaide.

La générosité et la conscience sociale se transmettent de l’un à l’autre.

C’est la création de l’échange circulaire qui revient à chaque génération…

Après tout, faire un peu d’effort pour investir dans les gens aura presque certainement des retours positifs.

Pour l’instant, Techaide n’est qu’au début du potentiel qu’elle pourrait avoir !

Et la poursuite de ce potentiel dépend de la prochaine génération de technologues (de tous âges) et de tous ceux qui interagissent avec la technologie. 

Comment voyez-vous l’évolution de la communauté technologique locale ?

J’aime vraiment la technologie et je suis très investi dans ce domaine.

Et nous savons que c’est l’avenir.

Tout ne tournera pas autour de la technologie, mais beaucoup de choses en dépendront, et elle façonne tout ce que nous faisons… Au moins dans notre secteur technologique local, j’aimerais qu’il y ait plus d’interaction avec les jeunes !

D’après mon expérience, le secteur de la technologie est là, et il est très concentré sur ce qu’il fait. Mais je ne la vois pas particulièrement tournée vers l’extérieur, vers les personnes qui ne sont pas directement impliquées dans la technologie…

De temps en temps, nous avons des interactions sur les campus universitaires, et c’est passionnant pour les jeunes d’être exposés aux travaux de grandes entreprises technologiques… Mais cela arrive de temps en temps. La plupart de l’exposition vient de l’Internet et d’autres médias.

En raison de ce manque d’exposition directe à la technologie dans les écoles, je trouve que les étudiants ne sont pas aussi intéressés par la technologie qu’ils devraient l’être ! Et certains, dont moi, s’en rendent compte un peu plus tard que prévu.

Je suppose qu’on peut toujours dire qu’on aurait aimé s’y mettre plus tôt.

J’espère que l’industrie technologique locale de Montréal, avec toutes ses entreprises passionnantes, fera ce petit pas en dehors de son modèle et de ses opérations et prendra sa générosité pour piquer la curiosité des jeunes un peu plus souvent.

Que souhaitez-vous dire aux autres étudiants à propos de la technologie ?

Je pense que ce qui est contre-productif, c’est que beaucoup de gens voient des termes comme « tech » ou « technologie » et créent immédiatement, intuitivement, une séparation qui simplifie à l’extrême ce que « tech » signifie vraiment.

La technologie englobe pratiquement tous les domaines. En d’autres termes, chaque domaine est renforcé, ou pourrait l’être, par la technologie, qu’il s’agisse de musique, de journalisme, de politique, d’art ou d’éducation.

Le développement, par exemple, n’est pas une discipline comme une autre.

C’est un langage qui permet à quelqu’un d’utiliser des capacités au-delà de son cerveau, de communiquer des pensées à une machine, une extension du cerveau.

Et j’ai constaté que les gens écartent souvent les compétences liées à l’informatique parce qu’ils ne s’y intéressent pas.

En considérant les ordinateurs comme ce qu’ils sont réellement, c’est-à-dire de simples extensions du cerveau humain, il semble idiot de ne pas s’y intéresser.

Ainsi, au-delà des ordinateurs, la technologie et l’innovation elles-mêmes sont intrinsèquement inclusives, en ce sens qu’elles ne sont pas réservées à un certain groupe de personnes.

Related articles

Inscrivez-vous et restez à l’affût!

Restez au courant de tout ce qui concerne Techaide; nouvelles, des annonces et des événements à venir.