Entrevue

Entrevue avec Carolina Gallo, Leader TechAide

TechAide vient de lancer une série d’entrevues portant sur des conversations avec des leaders dans l’industrie des technologies qui se sont dédiés à avoir un impact positif sur leur communauté, ici à Montréal. Vice-présidente des Relations gouvernementales et institutionnelles chez Hitachi ABB Réseaux Électriques au Canada, Carolina Gallo partage avec nous son parcours et ses intérêts pour la justice sociale à titre de Leader TechAide.

Entrevue avec Carolina Gallo, Leader TechAide

“Tout se rapporte à la communauté, nous devons travailler ensemble pour traverser cette épreuve.”

Qu’est-ce qui vous a amené à travailler au sein de l’industrie de l’énergie et à contribuer au développement de solutions durables ?

Je suis avocate de profession, et j’ai souvent été impliquée dans l’organisation de divers évènements. L’un d’entre eux tenu au Campus de l’Université de Concordia portait sur le développement durable et les changements climatiques. J’étais modératrice à l’évènement auprès de Steve Guilbault qui travaillait pour Équiterre, Desiree McGraw, la fondatrice de Gore Climate Project au Canada, ainsi que la Ministre des Sciences et des sports à l’époque, Kristie Duncan. Des cadres exécutifs travaillant pour ABB étaient présents lors de cet évènement. Ils m’ont approché, et m’ont demandé ma carte professionnelle – c’est comme ça que tout a commencé ! En travaillant pour cette multinationale qui se dédie à trouver des solutions durables pour contrer les changements climatiques, j’ai fait ma place au sein de l’industrie des technologies et de l’énergie. ABB tirait plus de 60% de ses revenus du développement de technologies qui intègrent des énergies renouvelables grâce à un réseau électrique plus intelligent, plus sûr et plus vert.

De quelle manière votre implication pour la justice sociale et les causes environnementales a façonné votre cheminement professionnel ?

La justice sociale et les causes environnementales ont toujours été des passions pour moi, et elles transparaissent dans mes divers engagements sociaux. Mon expérience en tant que bénévole engagée auprès du Centre de recherche-action sur les relations raciales m’a inspiré à poursuivre une carrière en droit. J’ai notamment collaboré avec la Table de Concertation Peter McGill – une organisation qui milite pour des enjeux de logements sociaux et qui vient en aide aux sans-abris. Jusqu’en 2020, je siégeais sur le conseil administratif pour le Jour de la Terre Québec – L’équité humaine et la planète vont de mèche. Comme le disait David Suzuki, « Nous sommes tous des animaux dans cet écosystème, et nous devons réaliser que la préservation de l’environnement et de notre planète est vitale à notre survie ».

Pensez-vous que les compagnies de technologies devraient investir davantage dans leur responsabilité sociale?

L’industrie des technologies est très large. Elle englobe à la fois le secteur industriel, les ressources naturelles, les infrastructures ainsi que le numérique. Tous ces éléments sont tellement imbriqués dans nos vies de tous les jours, et répondent à nos besoins grandissant en termes de communication instantanée. « L’ubérisation » du travail est une nouvelle réalité qui implique que les gens ne sont pas seulement soucieux de l’environnement et de sa préservation, mais notamment de l’équité humaine, et de l’avenir dans nos façons d’interagir et de travailler dans un monde interconnecté. La technologie demeure la solution ; elle ne devrait pas être perçue comme un problème.

En 2020, vous êtes devenue une Leader TeachAide notamment grâce à votre engagement auprès de l’organisme Centreaide qui milite contre la pauvreté et l’exclusion sociale à Montréal. Qu’est-ce qui vous a motivé à vous joindre à TechAide ?

Pour être honnête, l’équipe semblait réellement sympathique, et j’avais envie de m’engager auprès d’une cause qui me tenait à cœur. L’équipe chez TechAide est géniale, et elle représente une communauté dynamique de leaders dans le domaine de la technologie à Montréal. C’est un réel bassin de professionnels dans l’industrie.

Montréal est connue pour être une grande ville dynamique avec une belle qualité de vie. C’est tout de même une ville où 39% des femmes employées vivent dans une situation d’insécurité économique avec un revenu annuel inférieur à 20 000$. Pensez-vous qu’il est encore temps de faire une différence pour ces femmes?

La pandémie a mis en lumière plusieurs failles dans notre système de sécurité sociale. La santé publique et les services sociaux sont débordés et mis sous pression. C’est la raison pour laquelle des initiatives comme la nôtre auprès d’organismes visant à offrir des services et des ressources aux familles vulnérables, notamment à des femmes vivant dans une situation d’insécurité économique sont essentielles. Il est encore temps de faire une différence pour ces femmes. Des mesures pour l’éducation à la petite enfance et des programmes de garderie sont cruciales pour ce groupe démographique, d’où l’importance d’avoir un programme national de garderies.

L’année qui vient de passer a été difficile pour plusieurs. Quel message optimiste voudriez-vous partager aujourd’hui?

J’ai envie de projeter une finalité heureuse et optimiste. C’est le début d’un nouveau chapitre, d’une prise de conscience qu’on réalise à présent, et qui va nous mener vers de meilleurs jours. Comme dans le Conte de Deux Citées de Charles Dickens, “it was the best of times, as well as the worst, a time of wisdom and foolishness”. Tout se rapporte à la communauté, nous devons travailler ensemble pour traverser cette épreuve.

Related articles

Inscrivez-vous et restez à l’affût!

Restez au courant de tout ce qui concerne Techaide; nouvelles, des annonces et des événements à venir.